Alimentaire-pro

La boîte à outils des TPE et PME
  de la filière agroalimentaire
 

Reportage:
Scarlette le Corre

Le marin-pêcheur recourt à un centre technique pour démarrer sa gamme

Scarlette le Corre

En bref:

Le montant à ne pas dépasser pour pouvoir bénéficier du régime fiscal de la micro-entreprise est passé au 1er janvier 2009 de 76300 à 80000 euros pour les activités de revente et de 27000 à 32000 euros pour les activités de prestations de service.
Ceci en application de l'article 1er de la loi de modernisation de l'économie.
Infos micro-entreprise

dossiers >> dates limite

Détermination des dates limite de consommation:

Les dates-limite des produits, ainsi que leur conditions de conservation, doivent être fixées par leur fabricant. En effet, qu'il s'agisse de DLC ou de DLUO, il n'y a pas de réglementation toute faite. Au mieux, si le secteur d'activité du fabricant est couvert par un Guide de bonnes pratiques hygiéniques (GBPH), ce dernier pourra s'en inspirer, mais c'est quand même à lui d'apporter la preuve que ses produits seront stables pendant la période définie. A cette fin, des tests de vieillissement doivent être effectués, soit en interne, soit par un laboratoire indépendant. Ces tests bien évidemment se sont pas les mêmes pour un produit à DLUO ( date limite d'utilisation optimale, au delà de laquelle le produit peut subir des modifications de goût, d'aspect, de texture… sans que sa consommation entraîne des risques sanitaires ) et pour un produit à DLC ( date limite de consommation, au delà de laquelle le produit peut subir des altérations pouvant entraîner un danger pour la santé en cas de consommation).

Pour ce qui concerne les produits périssables et réfrigérés (c'est à dire à DLC), les tests de vieillissement doivent observer un protocole dont l'élaboration est normalisée. La norme NF V01-003, disponible à la boutique AFNOR au prix de 38,15 €, propose des lignes directrices pour l'élaboration d'un tel protocole.

Des laboratoires comme l' Institut Pasteur de Lille, ou Silliker, proposent des protocoles d'analyse qui leur sont propres, des " Challenge-test ", qui vont au delà des simples tests de vieillissement. En plus de déterminer la DLC d'un produit, ils font une évaluation globale des risques liés au regard de sa composition et des conditions de sa fabrication, et en fonction des évolutions consécutives à leur occurrence, proposent des mesures correctives.

Les conserves appertisées rentrent dans la catégorie des produits à DLUO, leur stabilité est vérifiée en plaçant un échantillon pendant 7 jours dans une étuve à 37° (l'étuvage à 55°C parfois pratiqué en interne n'est plus obligatoire). Si, à l'issue de cette période, aucune coulure pour les bocaux ou aucune déformation pour les boîtes ne sont constatées, le lot d'où a été prélevé l'échantillon peut-être considéré comme stable. Ce contrôle, à faire obligatoirement à chaque stérilisation, doit être complété par une comparaison entre le PH de l'échantillon étuvé et celui d'un échantillon entreposé à température ambiante. Une différence inférieure à 0,5 confirmera la stabilité du lot.

     La mention d'une date de durabilité est obligatoire dans l'étiquetage d'un produit, sauf dans le cas
- des fruits et légumes frais, y compris les pommes de terre, qui n'ont pas fait l'objet d'un épluchage, d'un coupage ou d'autres traitements similaires. Cette dérogation ne s'applique pas aux graines germantes et produits similaires tels que les jets de légumineuses,
- des vins, vins de liqueur, vins mousseux, vins aromatisés et des produits similaires obtenus à partir de fruits autres que le raisin ainsi que des boissons relevant des codes NC 2206 00 91, 2206 00 93 et 2206 00 99 et fabriquées à partir de raisin ou de moût de raisin,
- des boissons titrant 10 % ou plus en volume d'alcool,
- des boissons rafraîchissantes non alcoolisées, jus de fruits, nectars de fruits et boissons alcoolisées dans des récipients individuels de plus de cinq litres, destinés à être livrés aux collectivités,
- des produits de la boulangerie et de la pâtisserie qui, par leur nature, sont normalement consommés dans le délai de vingt-quatre heures après la fabrication,
- des vinaigres,
- du sel de cuisine,
- des sucres à l'état solide,
- des produits de confiserie consistant presque uniquement en sucres aromatisés et/ou colorés,
- des gommes à mâcher et produits similaires à mâcher,
- des doses individuelles de glaces alimentaires.

Extrait de la Directive CE 2000/13 du 20/03/2000 [pdf-255ko]

Dernière mise à jour:
le 13 décembre 2007


Mentions légales
Dernier sujet
du forum

Bonjour à tous, "L'apposition du signe 'e' doit faire l'objet d'une déclaration au service métrologie de la DIRECCTE" Savez-vous quels types...

Apposition du signe 'e' métrologique déclaration à la DIRECCTE
Dossiers:

Calcul des valeurs nutritionnelles Valeur stérilisatrice, valeur pasteurisatrice Réduire le sel Code emballeur, mode d'emploi Métrologie Additifs Allergènes Les mentions valorisantes La conservation des aliments L'étiquetage des denrées Dates limite Hygiène des produits Microbiologie de l'aliment Tendances de l'alimentation